L’impact psychologique de l’hospitalisation de personnes âgées ?

Lorsque votre proche âgé reçoit son congé après un séjour à l’hôpital, c’est un moment de réjouissance. Il retrouve sa routine quotidienne et est entouré des personnes et des lieux familiers qu’il aime. Mais il est important d’être conscient de l’impact psychologique qu’un séjour à l’hôpital peut avoir sur votre proche. Le stress d’un séjour à l’hôpital peut se transformer en un déclin de la santé mentale et physique d’un patient âgé, ralentissant son rétablissement à long terme, son bien-être et sa qualité de vie.

Déclin cognitif

Les déclins cognitifs font plus que doubler après un séjour à l’hôpital, affectant les capacités de réflexion et de mémoire des patients. Plus l’hospitalisation est longue, plus l’effet est important, même s’il a une bonne mutuelle hospitalisation. L’une des causes possibles est le délire, un changement soudain des fonctions mentales qui survient chez environ 20 % des patients hospitalisés. Ces personnes sont confuses, désorientées et agitées pendant leur hospitalisation. Les médecins pensent que les effets du délire, autrefois considérés comme temporaires, peuvent en fait persister et entraîner un déclin cognitif à long terme. 

Parmi les autres explications possibles, citons une glycémie non contrôlée, des patients victimes de petits accidents vasculaires cérébraux indétectables ou un manque de stimulation mentale pendant la durée du séjour. L’ennui est un problème courant chez les patients hospitalisés, qui n’ont pas grand-chose à faire à part regarder un petit nombre de chaînes sur un téléviseur suspendu ou feuilleter un nombre très limité de livres et de magazines.

Si votre proche âgé est hospitalisé, rendez-lui visite aussi souvent que possible pour lui apporter la stimulation mentale dont il a besoin. Envisagez d’apporter un colis de soins pour qu’il reste éveillé lorsque vous ne pouvez pas être là : apportez ses livres et magazines préférés, de l’artisanat ou des activités comme des mots croisés pour garder son esprit occupé et éviter un déclin des fonctions dû à l’ennui. 

Déclin physique

Pour les patients âgés, un séjour à l’hôpital peut faire apparaître de nouveaux problèmes de santé et de nouveaux handicaps. Étant donné que les patients hospitalisés sont généralement alités pendant une grande partie de la journée, ils s’affaiblissent et sont moins aptes à reprendre leurs activités quotidiennes après leur sortie. Les recherches montrent qu’environ un tiers des patients de plus de 70 ans et plus de la moitié des patients de plus de 85 ans quittent l’hôpital avec un niveau d’invalidité plus élevé qu’à leur arrivée. 

Cela signifie qu’une fois sortis de l’hôpital, ces patients sont moins à même de prendre soin d’eux-mêmes. L’effet psychologique de cette impuissance peut être profond. L’indépendance et la capacité de prendre soin de soi de manière élémentaire sont des choses que nous considérons comme allant de soi dans nos jeunes années. Admettre que l’on a besoin d’aide pour se laver, s’habiller ou se lever et marcher est un obstacle psychologique que de nombreuses personnes âgées doivent surmonter.

 

Stress persistant

Les séjours à l’hôpital peuvent changer la vie des patients. Il s’agit d’un bouleversement massif de la routine et d’un isolement. Les proches des patients ont leur propre vie et ne peuvent pas rester au chevet du patient toute la journée pour lui tenir compagnie. Les infirmières et les assistants sont encore plus occupés. Plus le séjour est long, plus il est difficile pour le patient de se souvenir de sa vie en dehors de l’hôpital et de la reprendre à sa sortie. Le stress lié à ces perturbations et à l’isolement peut avoir un effet très négatif sur le système immunitaire, ce qui retarde la guérison, même après la sortie de l’hôpital. 

Perte de pouvoir 

Les personnes âgées hospitalisées ne mettent souvent pas longtemps à se sentir hors de contrôle, surtout si d’autres personnes sont chargées de prendre des décisions pour elles. Vous pouvez même vous retrouver à faire pression sur votre proche pour qu’il accepte un traitement qu’il préférerait refuser ou qu’il accepte d’être hospitalisé même s’il ne le souhaite pas, simplement parce que c’est le choix logique. Cette perte de pouvoir, cependant, peut laisser les personnes âgées en difficulté longtemps après la fin de l’hospitalisation. 

Réconforter un proche hospitalisé peut être un processus difficile, surtout s’il n’est pas en mesure d’exprimer ce qu’il ressent. En veillant à ce qu’il y ait quelqu’un sur place pour l’aider, l’être cher hospitalisé se sentira plus en confiance et mieux entouré. Pour être mieux préparé aux effets persistants d’un séjour à l’hôpital, consultez notre Guide de l’hôpital à la maison. 

Visitez ce site 

Voir l’article ici